Actualités

Deus est Relatio... Lanza del Vasto et saint Thomas d'Aquin

 

Daniel Vigne, président de l'association des Amis de Lanza del Vaso, donne des éléments de réponse à la question posée sur Twitter par un internaute : "Savez-vous quel est le texte de saint Thomas d'Aquin qui a bouleversé le jeune LdV ?".

Rappel des faits

saint-thomas-d_aquin-vers-1274« Nous sommes à Pise, en 1925, et notre jeune philosophe athée va faire la découverte qui illuminera toute sa recherche. Lanza raconte comment, sur le conseil de son ami "Antonin le catholique", il se rend à la bibliothèque de l'Université, demande le De Trinitate de saint Thomas d'Aquin, l'ouvre, et tombe sur la phrase décisive : Deus est relatio, non autem relativa quia non mutabilis(1). Dieu est relation, mais non pas relation relative : relation absolue, qui ouvre, inclut et couronne toute relation.

La relation est donc plus qu'un concept : elle est un des noms de Dieu lui-même, du Dieu vivant et vrai. Source unique et plurielle irriguant la création, Trinité rayonnant dans toutes ses œuvres et s'y reflétant. Père, Fils, Esprit-Saint : origine intérieure (Père), révélation extérieure (Fils), communion dans l'amour (Esprit Saint). Dieu un par essence, et pourtant divers dans les Personnes ou hypostases. Désormais la pensée trinitaire de Lanza est indissociable de sa foi chrétienne. Elle explore de façon philosophique ce que le dogme exprime de façon théologique. Elle creuse passionnément dans le Mystère(2). »

 

Réponse

« Deus est relatio, non autem relativa quia non mutabilis ». Cité de mémoire par Lanza del Vasto, ce texte n’a pas de correspondant exact dans l’œuvre de saint Thomas d’Aquin. Ce qui s’en rapproche le plus se trouve dans la Somme théologique, qui dit :

« En Dieu, la relation n’est pas comme un accident inhérent au sujet, mais comme la divine essence elle-même. Elle est donc subsistante, comme subsiste l’essence divine. […] En Dieu, la personne signifie la relation, mais la relation subsistante, c’est-à-dire la relation en tant que substance ou hypostase subsistant dans la nature divine, quoique ce qui subsiste dans la nature divine ne soit pas autre que la nature divine » (Prima Pars, question 29, article 4).

Un texte très proche, et remarqué avec beaucoup d’attention par Lanza del Vasto, se trouve chez saint Augustin dans son De Trinitate :

« Les personnes divines sont constituées par leurs relations, mais celles-ci n’entrent pas dans la catégorie des accidents. Les noms [de Père et Fils] ne sont pas dits de la substance, mais de la relation, relation qui n’est pas un accident car elle est immuable. » (Trin. V, V, 6 : Non secundum substantiam dicuntur, sed secundum relativum, quod tamen relativum non est accidens quia non est mutabile.)

À ce sujet, on pourra consulter l'ouvrage de Daniel Vigne : La Relation infinie. La philosophie de Lanza del Vasto, tome II - L’être et l’esprit, Paris, Éditions du Cerf, 2010, p. 415-418.

 


(1) Lanza del Vasto, Le Viatique I, VII, p. 267-268.
(2) Extrait de D. Vigne, « Lanza del Vasto, philosophe de la Relation », dans Supplément aux Nouvelles de l’Arche 50 (2001-2002), p. 1-14.